La scie japonaise

La scie japonaise

La scie japonaise

Qu’est-ce qu’une scie Japonaise et pour quelle utilisation ?

Honnêtement il y a quelques jours encore, je n’en avais aucune idée… Et alors que j’exposais une idée de meuble à Denis, il m’a dit : “Je te conseillerais d’utiliser une scie japonaise pour faire ça !”

Moi : “Euhhh… quèsaco ?”

Je me suis dit alors que je n’étais peut être pas le seul ; alors j’ai décidé d’écrire ce petit article en mode Ninja 🙂

Avant de commencer je dois vous dire que la scie japonaise a été une superbe découverte pour moi et je l’espère le sera aussi pour vous !

A quoi ça ressemble ?

Il existe différents modèles de scies japonaises, nous allons les passer en revue mais ce que l’on remarque tout de suite c’est qu’elles sont composées simplement d’un manche et d’une lame à dents.

scie japonaise

Ce qui les démarque et qui les rend si efficaces ?

Leur principale caractéristique qui les différencie des scies égoïnes que nous connaissons tous, c’est que cette scie coupe en tirant et non en poussant. La denture est inversée et beaucoup plus fine.

Ce qui leur donne deux avantages majeurs : la précision et l’effort de coupe.

Comme nous allons le voir ensuite, couper avec des scies japonaises c’est comme couper dans du beurre ce qui nous permet être beaucoup plus attentif à la précision.

Comment les utiliser ?

On n’utilise pas une scie japonaise comme une scie égoïne. En effet comme la coupe se fait en tirant, notre geste de coupe doit être différent.

Nous avons l’habitude avec nos scies classiques de nous positionner au dessus de notre pièce, de positionner la pointe de notre scie vers le bas et de tirer la scie vers le haut. Ce qui se comprend car nous voulons accentuer la force en poussant. Le désavantage c’est que si la lame est mal affûtée ou si on force un peu trop, elle risque de se tordre... Cette expérience vous est sûrement déjà arrivé. 🙂

Avec les scies japonaises on fait tout l’inverse 🙂 Nous allons pointer la scie vers le haut, et couper en tirant vers le bas sans forcer. On va laisser la gravité nous aider à réaliser la coupe et ainsi avec les lames très tranchantes, notre coupe sera super précise et propre.

Nous pouvons également utiliser la scie horizontalement.

Il est important aussi pour une utilisation optimale, de bien caler notre pièce et de tenir le manche de la scie avec ses deux mains.

Il faut donc désapprendre notre geste classique de coupe pour utiliser cette scie. Après quelques essais vous verrez, ça s’apprend quand même rapidement 🙂

MAJ : J’ai fait une vidéo pour vous montrer comment utiliser une scie japonaise. Cliquez ici pour la voir.

Les différents modèles de scies japonaises

Comme je vous l’ai indiqué en début d’article, il existe différents types de scies japonaises. Nous allons voir les quatres modèles les plus populaires et pour quelle utilité.

La scie japonaise ryoba

C’est la scie japonaise la plus polyvalente et si vous deviez en choisir qu’une, je pense que ce serait le choix le plus malin 😉

Elle possède deux types de dentures de chaque côté.

Le côté avec les petites dents régulières permet de tronçonner, c’est a dire de couper perpendiculairement au fil du bois.

Le côté avec les dents de taille croissantes permet de déligner, donc de couper dans le sens du bois.

 

 

 

scie japonaise dozuki

C’est une scie extrêmement précise, notamment dû au renfort sur la partie supérieure.

Et ce renfort nous limite justement dans son utilisation, car nous ne pouvons pas réaliser des découpes profondes.

C’est donc un outil de précision qui, je pense, est plus destiné aux professionnels et n’est peut être pas indispensable pour les bricoleurs malins que nous sommes 😉

 

La scie japonaise kataba

C’est peut être l’alternative idéale à la “dozuki” car elle ne possède pas le renfort sur le dessus. Elle nous permet donc de couper aussi en profondeur. Évidemment on perd un peu en précision mais ça reste largement plus précis que nos scies classiques.

 

La scie Kugihiki

Cette scie permet par sa souplesse d’araser des éléments (exemple tourillons). Les dents sont avoyées seulement sur un côté de la lame, ce  qui permet à l’autre face d’être très lisse et de ne pas attaquer le bois.

Malheureusement ces scies sont un peu plus rares sur le marché et donc moins abordables.

 

Mon choix

Étant moi même novice en japonnais, j’ai décidé de partir à la recherche d’une scie abordable pour commencer mon apprentissage.

Apres avoir magasiné (comme on dit au Quebec 😉 ), j’ai trouvé finalement une scie japonaise de la marque Stanley, qui est un peu un mixte entre la Ryoba pour la forme, la Kataba pour son côté à petites dents et la kugihiki pour sa souplesse.

Pour son prix, je pense que c’est l’outil malin à avoir dans son garage 😉

Et après un peu de pratique, je dois vous dire que c’est un véritable plaisir d’utilisation.

Je pense donc l’utiliser dans la réalisation d’un prochain meuble et ainsi vous pourrez voir son utilisation en action 🙂

Et vous ?

Connaissiez-vous les scies japonaises avant de lire cet article ?

Pensez-vous en acheter une ?

Est ce que vous en utilisez déjà et si oui quel modèle ?

Avez-vous un retour d’expérience à nous partager ?

Dites moi tout ça en commentaire ça me ferais vraiment plaisir d’avoir votre avis sur ces fameuses scies japonaises 🙂

On bricole ensemble,

Robin

Que pensez-vous de ces conseils ?

Épinglez l’article pour facilement le retrouver plus tard

Ils l’ont fait !

Ils l’ont fait !

Ils l’ont fait !

VisserMalin va bientôt fêter son premier anniversaire 🙂
Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’enthousiasme général que notre blog suscite est assez incroyable !!
La communauté VisserMalin ne cesse de s’agrandir de jour en jour, et votre engament et votre fidélité nous touchent beaucoup…
Et ce qui nous fait le plus chaud au cœur, c’est de voir tous vos témoignages et les photos de vos réalisations que vous avez faites grâce à nos vidéos et nos plans.
Nous devons vous avouer que c’est une sensation assez incroyable pour nous et ça nous motive encore plus à vous offrir le meilleur de nous même.
Aujourd’hui dans cet article un peu particulier, nous avons décidé de VOUS mettre en avant et de partager avec la communauté les meubles VisserMalin que VOUS avez réalisés.

 

La chaise Adirondack

C’est un des meubles le plus apprécié et réalisé par nos fidèles bricoleurs. Cliquez ici pour voir la vidéo et le tutoriel

Bravo à Edouard

Edouard juin2016 - Chaise Adirondack

“À la base ma femme voulait une chaise pour se reposer au pied de notre cerisier mais les modèles en bois du commerce n’étaient pas dans notre budget…
J’ai donc cherché une alternative et un jour je suis tombé sur la vidéo de la chaise VisserMalin sur Facebook. J’ai donc visionné la vidéo explicative ainsi que tous les autres et en vous voyant faire je me suis dit que je pouvais me lancer !
Il n’était pas nécessaire d’avoir beaucoup de matériel, juste le matériel de tout bricoleur de base.
L’autre point qui m’a décidé à réaliser votre modèle de chaise est la mise à dispo des vues éclatées. Très utiles lors de la découpe des planches ! Encore un gain de temps appréciable 🙂
Au final la fabrication m’aura pris entre 4 et 5h !
Mes filles adorent cette chaise et je vais donc en refaire 2 mais en taille enfant.
Et merci d’avoir publier la vidéo de la chaise longue le lendemain de la fin de la fabrication de ma chaise!
Maintenant je suis obliger d’en faire une vu la facilité !!”
– Edouard
Est-ce que Edouard à tenu promesse ? À voir ci-dessous 🙂

 Bravo à Hugues et Jean Michel

Hugues Henaux juillet 2016 - Chaise Adirondack 2Jean Michel Briand mai2016 - Cahise Adirondack 2“Je me suis attelé à la réalisation du fauteuil adirondak, avec enfin des plans lisibles et accessibles. Merci et longue vie à VisserMalin :)”

– Hugues

 

 

 

 

“Voilà notre fauteuil ! Une merveille qui fait l’admiration de tous nos amis 🙂 Merci pour les plans super faciles à faire… Continuez à nous aider avec vos explications merci”

  • – Jean Michel

 

Bravo à Rodolphe et Stéphanie pour leur Version originale

Rodolphe juin2016 - Chaise AdirondackStéphanie Robles Mai 2016 - Chaise Adirondack 2“Bonjour merci pour le plan de la chaise ! Je l’ai un peu modifié et le résultat est top :)”

  • – Rodolphe

 

 

 

 

 

 

 

  • – Stéphanie

 

 

La chaise Longue

Dans le même style que la chaise Adirondack, et avec la même technique, vous avez également beaucoup apprécié la chaise longue. Cliquez ici pour voir la vidéo et le tutoriel.

Bravo à Levy

Levy Fabry juillet 2016 - Chaise longue 2“Voici le bain de soleil que j’ai fabriqué grâce à VisserMalin…”

  • – Levy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edouard au TOP

Edouard juin2016

Il a tenu promesse 🙂 Sa femme doit être ravie !

Bravo Edouard qui est le premier à nous envoyer DEUX réalisations VisserMalin !!

– Edouard

 

 

 

 

 

 

 

Le Lit

Il y a un engouement incroyable autour de ce fameux lit VisserMalin. En effet, en plus d’être joli et facile à faire, il répond vraiment à vos besoins de trouver une solution économique face aux prix excessifs du commerce. Cliquez ici pour voir la vidéo et le tutoriel.

Bravo à Matthieu

Matthieu Girard Avril2016- Lit

“J’ai fabriqué le lit de VisserMalin en une dizaine d’heures. J’ai fais la tête de lit un peu plus haute et vernis à l’eau. Très solide. Merci pour le plan !”

  • – Matthieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bravo à Bruno et Vivien

Vivien juillet 2016 - Lit

Bruno Droulers juillet 2016 - Lit“Voilà notre lit en 160 x 220 ! Merci encore a vous pour la vidéo et le plan ça nous a bien aidé”

  • – Bruno

“Merci encore pour tous vos conseils simples et efficaces”

– Vivien

Bravo à Arthur, Henry et Valentin avec une belle finition au Chalumeau

Arthur Labat juillet 2016 - Lit 2“Beaucoup s’amuser avec son père et son frère sur un week-end, et avoir un lit unique : ça n’a pas de prix 🙂 Merci VisserMalin !!”
– Arthur

 

Vous voulez voir Arthur et son équipe à l’œuvre pour la réalisation de ce lit ?

Peut-être dans un prochain épisode… 😉

Le pied de sapin

Et le pied de sapin pour finir sur une touche festive 🙂 Cliquez ici pour voir la vidéo et le tutoriel.

Bravo à Emma et Guillaume

 

Emma Hérieux Landes Décembre 2015 - Pied de Sapin“Merci beaucoup pour vos idées, vos vidéos et vos plans. Un très grand travail. Merci et surtout continuez !”

  • – Emma et Guillaume

 

 

 

 

 

 

 

 

Et vous ?

Je suis certain que beaucoup de personnes parmi vous ont également réalisé des meubles VisserMalin.

La majorité des photos ont été postées dans notre groupe privé Facebook VisserMalin. Je vous invite donc tous à poster vos réalisations mais aussi vos idées et vos questions dans le groupe. Il y a une super ambiance, une belle entre-aide et beaucoup de générosité.

Cliquez ici pour rejoindre le groupe – Nous seront très heureux de vous accueillir.

Vous pouvez également nous envoyer vos œuvres à cette adresse : [email protected]

Qui sait, vous serrez peut être dans le prochain Article “ils l’ont fait” 🙂

On bricole ensemble,

Robin.

Cheville Molly ou cheville normale ??

Cheville Molly ou cheville normale ??

Cheville Molly ou cheville normale ??

Introduction

Si seulement le choix de la cheville à utiliser pouvait se résumer entre une cheville Molly ou une cheville normale, ça nous simplifierait bien la vie !
Les choses sont bien plus nuancées que ça, il existe une grande variété de chevilles différentes et chacune a un usage bien particulier.
Après avoir lu cet article, vous n’hésiterez plus dans votre choix de cheville à utiliser. Voyons sans plus attendre la cheville Molly : la cheville des matériaux creux !

 

La cheville Molly

Etant donné que Molly est une marque qui fabrique des dizaines de chevilles différentes, qu’appelle-t-on alors une cheville Molly ?? En langage « bricolo » la cheville Molly c’est celle qu’on voit en image sur la droite. C’est ce modèle qui a rendu la marque célèbre. On l’utilisera principalement pour des plaques de plâtre mais elle s’adapte très bien à n’importe quel matériau creux. L’expansion de cette cheville se fait mécaniquement avec une pince spéciale. Elle comprime la paroi de chaque côté et permet ainsi une fixation relativement solide. A ce jour, elle reste leader dans la plaque de plâtre ; il n’y a pas d’équivalent aussi robuste.

Astuce : Lorsqu’on souhaite extraire une cheville Molly d’un mur, il est beaucoup plus facile et surtout beaucoup plus propre de l’enfoncer légèrement avec un marteau puis de reboucher le trou avec de l’enduit.

Cheville molly 1

 

 

Cheville molly

 

Les chevilles pour plaque de plâtre

Si vous habitez dans un logement relativement récent, alors il y beaucoup de chance que les murs et les plafonds soient faits en plaque de plâtre. Et même si la cheville Molly reste la plus efficace sur ce terrain, elle n’est pas forcément toujours indispensable. Pour accrocher un simple cadre par exemple, pas besoin de sortir l’artillerie lourde, il existe des alternatives moins chères et qui ne nécessitent aucune pince spéciale.

Cheville à visser : 

Cette cheville utilisée pour des poids légers ou intermédiaires est uniquement dédiée aux plaques de plâtre. On la trouve en plastique ou en fer. Contrairement aux autres chevilles, on l’introduira dans le mur en la vissant et non pas en la frappant avec un marteau.

 

Cheville plaque de plâtre Fischer GK

 

Cheville à clouer : 

Comme pour la cheville à visser, on ne mettra pas beaucoup de charge sur cette dernière mais pour des poids légers, elle jouera convenablement son rôle. Il n’y a pas besoin de faire de pré-perçage préalable. On la mettra en place directement au marteau.

Cheville à clouer

 

Cheville à clouer 1

 

La cheville “classique” : 

Même si ce type de cheville est plus utilisé pour des matériaux pleins, (on y reviendra un peu plus bas) on peut également l’employer pour des plaques de plâtre. Cependant, il ne faudra pas y visser des choses trop lourdes.

 

Cheville classique

 

La cheville à bascule :

On l’utilisera principalement pour les plafonds. Elle résistera à n’importe quelle pression jusqu’à ce que la plaque de plâtre casse !

 

cheville à bascule

 

Les chevilles pour matériaux pleins

Pour les matériaux pleins, il n’y a que l’embarra du choix ! Des dizaines et des dizaines de modèles sont à notre disposition. Il y en a pour tous les goûts. Je vous ai trouvé sur le web une petite palette de modèles. A vous de choisir !

Cheville pour matériaux pleins 6

Cheville pour matériaux pleins

Cheville pour matériaux pleins 4

Cheville pour matériaux pleins 5

Cheville pour matériaux pleins 7

Cheville pour matériaux pleins 2

Cheville pour matériaux pleins 3

 

Les chevilles à frapper

L’utilisation des chevilles à frapper est un gain de temps phénoménal. Ce type de cheville s’emploie uniquement pour des matériaux pleins et s’introduit directementdans la partie que l’on souhaite fixer au support. (Bien que l’on puisse l’utiliser aussi de manière plus conventionnelle.)
Elles sont souvent utilisées par les plâtriers pour fixer des rails au sol ou par les charpentiers pour fixer des solives ou tasseaux sur des murs.
Ce système a l’avantage qu’on peut percer d’un coup d’un seul le support et la partie à fixer. Une fois percé, on introduit l’ensemble vis + cheville et on finit le travail au marteau.

 

Cheville à frapper

 

 

Cheville à frapper 1

 

Les chevilles pour fixations lourdes

Dans cette catégorie poids lourd, je vois essentiellement 2 produits :

Boulon à expansion

Goujon d'ancrage

 

Dans la photo de gauche, la cheville est indépendante de la vis alors que dans la photo de droite, c’est un ensemble tige filetée + cheville qui rentre dans le trou et le serrage se fait avec un boulon.
Il est presque impossible d’arracher ses fixations quand elles sont ancrées dans un support sain comme du béton. On s’en servira pour fixer des charpentes sur des chaînages ou des poteaux sur des dalles en béton par exemple.

 

Les scellements chimiques

Lorsque aucune des solutions de fixation citées au-dessus ne convient, alors on peut toujours se tourner vers le scellement chimique. Rien ne lui résiste, il s’adapte aussi bien aux matériaux creux qu’aux matériaux pleins. Le mode opératoire consiste à injecter une résine bi-composant dans le trou et ensuite y insérer notre tige filetée, vis ou fer à béton. Dans le cas d’un matériau creux, on utilisera alors un tamis (cheville vide composée d’une multitude de petits trous) pour éviter de répandre inutilement de la résine dans le vide.
On l’emploiera pour fixer des volets, des fers à béton, des grilles de défense, des chauffe-eaux etc…

 

Cartouche scellement chimique

 

Scellement chimique

Et pour finir

Laissez-moi un petit commentaire juste en dessous si vous avez des recommandations à partager. Quelles chevilles sont vos préférées et aussi celles que vous détestez. Et puis si cet article vous a plu alors vous êtes autorisé à me mettre un petit pouce bleu 🙂

A très vite dans un nouvel article ou vidéo,

Chevillez bien,

Denis

Mes préférées…

Cheville pour matériaux pleins 7

Pour les matériaux pleins

 

Cheville molly 1

Molly for ever !!!

Cheville à frapper

La cheville à frapper : l’essayer c’est l’adopter !

Que pensez-vous de ces conseils ?

Épinglez l’article pour facilement le retrouver plus tard

Utiliser l’outil “déplacer” dans Sketchup

Utiliser l’outil “déplacer” dans Sketchup

Utiliser l’outil “déplacer” dans Sketchup

Passer de “déplacer” à “dupliquer”

Outil déplacer

 

Pour passer de l’outil “déplacer” à l’outil “dupliquer”, il suffit d’appuyer une fois sur la touche “CTRL” du clavier. Cette opération s’effectue une fois que l’outil “déplacer” est actif. On peut également toujours changer de mode à volonté même lorsqu’on est en mouvement avec l’entité que l’on est en train de déplacer.

On remarque que l’on a changé de mode lorsqu’un petit “+” apparaît à côté du curseur.

 

Déplacer mon entité à une certaine longueur

mètrePouvoir déplacer notre objet, c’est bien, mais le déplacer à la distance souhaitée, c’est mieux !

Le mode opératoire est très simple : il suffit de déplacer l’entité de manière aléatoire, puis de rentrer une valeur à ce déplacement dans la case réservée à cet effet en bas à droite.

On peut s’y prendre de deux manières différentes :

  1. Soit on rentrant la valeur sans préciser l’unité. Dans ce cas là, l’unité par défaut sera celle choisie dans les paramètres de configuration. (Dans l’exemple de la vidéo c’est en millimètre)
  2. Soit en rentrant la valeur en précisant l’unité. (mm, cm,m)

 

Faire une répétition linéaire

Répétition linéraireLa répétition linéaire est un outil très puissant dans Sketchup, puisqu’il nous permet de répéter autant de fois qu’on veut la duplication précédente. La répétition s’effectue juste après avoir dupliqué notre entité. Il ne faut donc pas activer d’autres outils entre temps. On se servira de la touche (*) du pavé numérique suivi du nombre de duplication souhaité. Dans mon exemple avec les poteaux, je rentre dans un premier temps la distance (2500) puis le nombre de duplication : *2

J’obtiens donc mon poteau d’origine ainsi que 2 copies espacées de 2500 mm.

 

 

Faire des divisions entre 2 éléments

Divisions entre élémentsDans la vidéo, on s’est servi de cet outil pour positionner les poutres secondaires. Cette fois ci, on fait le travail à l’envers. On connait le point de départ et le point de fin. Et il nous reste plus qu’à choisir le nombre d’espacements. C’est vraiment très pratique pour des cas comme cette pergola. Comme pour la répétition linéaire, une fois notre premier déplacement effectué, on appuie sur “/” puis on rentre le nombre d’espacements.

Allez plus loin avec Sketchup

Si ce tutoriel Sketchup vous a plu, alors je vous invite à cliquer sur le bouton ci-dessous pour recevoir d’autres vidéos de ce genre entièrement gratuites !!

Il vous dirigera vers un formulaire dans lequel vous pourrez rentrer votre nom et votre email pour ainsi recevoir cette série spéciale.

Je vous dis à tout de suite de l’autre côté.

Bon dessin,

Denis

Que pensez-vous de ce tuto ?

Épinglez le tutoriel pour facilement le retrouver plus tard

Quel foret pour quel matériau

Quel foret pour quel matériau

Quel foret pour quel matériau

Introduction

On n’utilisera pas n’importe quel foret (aussi appelé mèche) pour percer n’importe quel matériau. Il y a des règles à respecter pour faire des trous propres et sans bavure. Vous en connaissez sûrement quelques uns mais revoyons les en détail ainsi que quelques astuces de perçage qui vous seront bien utiles.

Les forets bois

Foret bois petit diamètre
Chez VisserMalin, 90% des matériaux que l’on utilise sont du bois. On a donc tout intérêt à choisir correctement nos mèches pour faire du bon travail.
On distingue ces mèches par une pointe centrale ainsi que 2 couteaux bien aiguisés qui servent à attaquer le bois de façon nette et efficace. La partie torsadée est elle aussi tranchante tout le long du foret.

Il n’est pas conseillé de percer quoi que ce soit d’autre que du bois avec ce genre de mèche. Pour un trou net, il faut que les couteaux restent bien aiguisés. Aussi, bien que la forme torsadée évacue les copeaux naturellement, il est recommandé lorsqu’on perce des épaisseurs de bois assez conséquentes, de retirer le foret plusieurs fois de son passage pour le dégorger de l’excédent de copeaux qui n’a pas pu être évacué. Cette forme de mèche bois est commune pour des diamètres allant jusqu’à 14 ou 16 mm. Au-delà, on passe sur un autre type de foret bois :

 

Foret bois grand diamètreForet bois petit diamètre 2

 

Le principe reste le même, mais dans ces cas-là, le corps du foret est plus petit que la tête. On perd donc un petit peu en précision de perçage à moins d’utiliser une perceuse à colonne.

Astuce du trou propre :
D’une manière ou d’une autre, il faut toujours se débrouiller pour percer depuis le côté apparent vers le côté qui ne se voit pas de la planche. En effet, lorsque la mèche passe à travers la planche de bois, il se créé des bavures pas vraiment esthétiques.

Si on ne peut vraiment pas percer dans ce sens, alors on réalise un premier perçage avec un foret de diamètre inférieur dans un premier temps puis avec le foret de bon diamètre mais cette fois si dans le bon sens.

Les forets métaux

Foret à métaux Ce type de foret est un peu le foret passe partout. Il pourra percer aussi bien les métaux, que le bois ou les matières plastiques. On le reconnait avec sa tête conique et des couteaux pas trop aiguisés.

On percera graduellement en augmentant le diamètre de perçage jusqu’à arriver au diamètre souhaité. Par exemple, pour percer un trou de diamètre 14, on commencera par un foret de 4 mm, puis 10 mm et enfin 14 mm.
Il faut savoir aussi qu’il existe plusieurs gammes de foret pour métaux. La qualité requise ne sera pas la même pour percer de l’aluminium ou de l’inox par exemple. Faites-vous bien conseiller avant d’investir dans ce genre de matériel. Les mèches bon marché ne durent généralement pas longtemps.

 

Les forets béton

La tête des mèches béton est de forme conique comme celle des mèches métaux mais les couteaux sont plats et pas du tout tranchants. On peut l’utiliser de deux manières différentes :
 En mode percussion : il faut pour ça une perceuse adéquate. Le foret reçoit des percussions en même temps qu’il tourne. Ce mode est employé pour des matériaux durs comme le béton ou la pierre.
• En mode normale : le simple fait de la rotation fait pénétrer la mèche dans le matériau. Ça sera le cas lorsqu’on perce du plâtre, de la pierre tendre, ou de la vieille brique.

Et dans la famille des forets béton, il en existe de 2 sortes :

« Les normaux »

 

foret béton lisse

 

La partie qui rentre à l’intérieur du mandrin de la perceuse est lisse. On se sert de ce genre de foret pour un mode sans percussion ou en mode percussions douces.

« Les forets SDS »

foret béton sds
Ils ne sont adaptés que pour des mandrins SDS et peuvent recevoir de très violentes percussions. Leurs rainures à leur base autorise un mouvement de va et vient à l’intérieur même du mandrin. C’est avec eux qu’on percera des matériaux durs.

Voilà j’espère que ce petit article vous a plu. N’hésitez pas à le partager et à laisser un commentaire juste en dessous si vous voulez rajouter quelque chose 😉

Que pensez-vous de ces conseils ?

Épinglez l’article pour facilement le retrouver plus tard