scellement-chimique

Le scellement chimique 4


la-cheville-qui-sarrache

Ah la bonne vieille cheville qui menace de s’arracher un peu plus de jour en jour ! Vous la voyez sur la photo de gauche ? Énervant hein !?
On y passe tous les jours devant en fermant les yeux, évitant le problème. Et pourtant il faut bien agir, ou votre étagère va finir par se casser la binette !
Mais que faire dans cette situation ? Mettre une cheville plus grosse ? Une vis plus grosse ? Changer de cheville ?
A travers cet article, on va voir ensemble comment mon beau-frère Gaëtan a remédié au problème en changeant ses vielles chevilles branlantes par un scellement chimique pour son support à vélo.

Pourquoi ma cheville ne tient-elle pas ?

Il y a quelques temps de ça, j’ai écrit un article sur les chevilles dans lequel on a vu quelle cheville utiliser et pour quelle situation. Vous pouvez cliquer ici pour aller le consulter.
Alors soyons clairs, il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles une cheville s’arrache. Mais dans 95 % des cas, c’est parce qu’on utilise des chevilles pour matériaux pleins dans des matériaux creux ET qu’on leur demande un effort trop important.
En effet, pour des matériaux creux comme la brique ou le parpaing, on peut très bien mettre des chevilles «standards» pour des poids légers.
Pour une petite étagère, un cadre, une horloge, ça fera très bien l’affaire ; mais dès qu’on met un peu plus de poids, on passera alors au niveau supérieur.

Un support à vélo : poids lourd !

Dans le cas de Gaëtan, son support à vélo doit être fermement fixé au mur et doit pouvoir supporter le poids de 5 vélos.
Il s’est donc lancé dans le scellement chimique pour remédier au problème.
Mais avant ça, il faut enlever les vieilles chevilles !

 

poser-un-support-a-velo-au-scellement-chimique

Le scellement chimique

Cartouche scellement chimique

Le scellement chimique se trouve en cartouche et est constitué de deux produits qui sont gardés séparés à l’intérieur de celle-ci. Lorsque on presse la gâchette, les deux produits se rencontrent et se mélange à l’intérieur d’un bec verseur assez long. C’est à ce moment-là que la magie opère : une fois que les deux produits rentrent en contact l’un avec l’autre, le mélange ne met que quelques minutes pour se transformer en un matériau encore plus dur que le béton !

Le scellement chimique : Etape par étape

Etape 1 : Dépose des anciennes chevilles
Euh…on n'a besoin d’aucun outil particulier. On tire et ça vient !

Etape 2 : Reperçage des trous au bon diamètre

Bien évidemment, on ne va pas injecter notre scellement chimique (aussi appelé résine) directement dans la brique creuse. On risquerait d’y passer des cartouches et des cartouches s’il fallait remplir tous les canaux. On injectera le produit dans une grosse cheville percée spéciale appelée : tamis
Les tamis étant un peu plus gros, on reperce au bon diamètre avec une mèche béton et une perceuse à percussion.

preparer-les-trous-pour-y-inserer-le-scellement-chimique

Etape 3 : Insertion du tamis

insertion-des-tamis

 

 

 

Avant d’insérer le tamis, on peut souffler un petit peu dans les trous pour évacuer les poussières. Ça ne sera que mieux pour l’adhésion de la résine sur la brique.

Etape 4 : Préparation du support à vélo

Maintenant que nos trous sont prêts, les tamis insérés, il va falloir préparer le support à vélo prêt à être scellé. Et oui, quand on manipule ce genre de produit, il faut que tout soit bien calculé à l’avance car la résine sèche en quelques minutes et après, c’est trop tard.
Gaëtan a choisi de sceller des tiges filetées pour fixer le support à vélo et la manière dont il s’y est pris est très astucieuse !
Il a dans un premier temps boulonné ses tiges sur son support des deux côtés. De cette façon, il est sûr que les tiges sont bien positionnées et il peut même essayer de les introduire dans les tamis à sec pour voir si tout est bien axé. Malin le beau-frère 😉
L’erreur à ne pas commettre dans cette situation serait de sceller une par une les tiges dans les trous et ensuite espérer que tout corresponde avec les trous du support à vélo. Entre les imprécisions de perçage, et de positionnement de la tige, le résultat est garanti d’être raté à coup sûr !

 

 

preprer-les-tiges-filetees-sur-support

Etape 5 : Le scellement
le-scellement-chimique-seche

 

C’est clairement la partie la plus délicate, mais si tout est bien préparé à l’avance comme l’a fait Gaëtan, alors ça devrait bien se passer. On injecte de la résine dans les trous en partant du fond du tamis jusqu’à la sortie. Le but étant de faire déborder le plus de produit à travers les petits trous du tamis. La résine qui déborde vient se coller sur toutes les parois de brique qu’elle rencontre à l’intérieur des canaux.
Et puis on se lance, il ne reste plus qu’à positionner le support à vélo et attendre que ça sèche.

 

scellement-chimique

 

Etape 6 : On visse et c’est fini !

A partir de cette étape, les tiges filetées sont bien positionnées et scellées mais le support à vélo ne plaque pas contre le mur. Il faut donc dans un premier temps dévisser tous les écrous ; puis par la suite, insérer le support, le plaquer contre le mur, et le visser en n'oubliant pas de mettre la petite rondelle qui va bien 😉

on-retire-le-supportune-fois-fini

 

Le scellement chimique : une révolution

Le scellement chimique est vraiment adapté pour ce genre de situation. Quand il n’existait pas encore, le travail était bien plus laborieux. On scellait tout simplement au mortier mais il fallait faire un trou bien plus gros pour arriver au même résultat. Sans compter les temps de séchage qui n’ont rien à voir !
On remercie donc Gaëtan pour avoir partagé son aventure avec le scellement chimique. Ce sera bien utile pour tous ceux qui ont des chevilles boiteuses à la maison 😉
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans la zone des commentaires si dessous, j’y répondrai avec plaisir.

Bon bricolage,
Denis

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Le scellement chimique

  • Robert

    bonjour, dans la fabrication du lit, il y a le matériau « chevron » . Je regarde la vidéo et sa ressemble à des visses vos chevrons. Est-ce que c’est des visses que vous appelez chevron?

    Merci pour votre réponse.

    • Denis Ducours

      Les chevrons ne sont pas des vis (dans nos vidéos en tout cas lol) C’est vrai que c’est pas évident de donner un nom à chaque bout de bois surtout quand il y a plusieurs sections différentes. Généralement, on appelle « chevron » une section de bois comprise entre 50 mm et 100 mm de côté plus ou moins carrée.