colle-a-bois

La colle à bois 11


Tu visses ou tu colles ?

Ben ça dépend… J’aime bien faire les deux.
Saviez-vous que la colle à bois était plus résistante que le bois lui-même ?
En effet, si on fait l’expérience de coller deux pièces de bois ensemble, et qu’on exerce une force sur cet assemblage jusqu’au point de rupture, on remarquera que ce n’est jamais l’assemblage lui-même qui cédera mais bien une des deux pièces de bois qui cassera.
Alors, je vous l’accorde, on n’a pas tout le temps besoin d’avoir une telle résistance dans nos assemblages et le mode opératoire est plus long et plus salissant que de visser tout simplement nos pièces de bois. Mais on devrait davantage considérer cette possibilité qui nous permettrait notamment de ne plus avoir de tête de vis apparente.

colle-a-bois-1

Les différents types de colle à bois

On trouve généralement la colle à bois en biberon ou en bouteille. De couleur blanche ou jaune, elle est complètement indispensable pour le menuisier ou même pour le bricoleur amateur. Mais alors, quelle colle utiliser et dans quelle situation ?
On trouve principalement 3 types de colle.

titebond-glue-original

titebond-glue-2

titebond-glue-3

La standard
C’est sans hésiter la colle qu’on utilisera le plus. Elle est destinée aux travaux intérieurs et a l’avantage de ne pas sécher trop rapidement ce qui nous permet un plus long délai pour la mise en place des serre-joints. Les temps de séchage varient en fonction des marques, mais grossièrement, on dispose de 10 à 15 min pour « mettre sous presse » et on comptera une bonne heure avant de pouvoir continuer à travailler notre assemblage. On patientera 24 h avant de mettre une trop grosse pression sur nos pièces de bois.

La colle rapide
Comme son nom l’indique, elle est très rapide. Ce qui peut être un avantage comme un inconvénient. Mais il faut reconnaître que lorsque notre réalisation nécessite plusieurs collages, et que ceux-ci ne sont pas trop complexes, alors elle nous fera gagner énormément de temps.

La « waterproof »
Cette colle à bois résiste à l’humidité. Elle est idéale pour réaliser des meubles de salle de bain ou de cuisine par exemple. On pourra aussi l’utiliser pour nos meubles extérieurs à condition qu’ils ne soient pas trop exposés aux intempéries. Pour les cas extrêmes d’exposition à l’eau, on utilisera plutôt une colle polyuréthane.

 

 

 

assemblage siége

Bien serrer c'est bien coller

Et oui, la colle à bois n’est efficace que lorsqu'elle pénètre correctement dans les pores du bois. Un serrage mécanique est donc nécessaire pour bien presser la colle à l’intérieur de la matière.
Et là, plusieurs solutions s’offrent à nous. On a peut utiliser tout simplement des serre-joints. A noter que les serre-joints à visser exerceront une meilleure pression que les serre-joints à gâchette.
On peut aussi visser ou clouer. Cette technique convient bien pour les impatients qui n’aiment pas attendre que la colle sèche pour continuer à travailler. Lors des assemblages de panneaux, un cloueur pneumatique est très souvent utilisé.

Et la colle qui dégouline ?

Ce dicton très poétique me fera toujours sourire : « Ce n’est pas la colle qui chie qui colle, mais c’est la colle qui pousse la colle qui chie qui colle »
Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est totalement vrai. Et en matière de colle, chacun a ses propres habitudes.
Si certains sont très prudents en pressant le biberon, d’autres au contraires adorent l’abondance et ne sont satisfaits que lorsque leur établi ressemble à une marre de colle.
Je dirai qu’il faut trouver un juste milieu. Pas assez, c’est pas assez et trop c’est trop ! D’où l’intérêt de l’étaler uniformément sur toute la surface en une fine pellicule à l’aide d’un pinceau ou d’un petit rouleau où même au doigt pour les petites surfaces.
Surtout que la colle qui dégouline, ce n’est pas toujours évident à enlever et moins il y en a et moins on a de travail.
On peut enlever l’excédent de différentes manières. La première consiste à essuyer le surplus avec une éponge humide. Cela marche très bien, mais attention à la finition ! En effet, en diluant de cette manière la colle avec de l’eau, on fait pénétrer la colle dans notre bois et si le ponçage n’est pas soigné, cela va avoir des conséquences sur notre finition. Le vernis, la lasure ou encore l’huile ne teinteront pas de la même manière sur du bois « encollé » que sur du bois sain. Pour la peinture en revanche, cela ne fait aucune différence.
On peut aussi enlever l’excédent de colle au ciseau à bois et à la ponceuse lorsque celle-ci est entièrement sèche (c’est à ce moment-là qu’on apprécie quand il n’y en a pas beaucoup). C’est une bonne solution, mais encore faut-il qu’il n’y ait pas trop de recoins pour pouvoir faire le travail à la ponceuse électrique.
La troisième technique est un petit mixte des deux. On attendra l’instant T pour agir. Ni trop tôt, ni trop tard mais juste au bon moment lorsque la colle commence à sécher mais n’est pas encore totalement dure. (On peut toujours boire un petit café pour patienter 😉 ). On peut prendre un ciseau à bois ou une spatule pour enlever l’excédent demi dur.

 

 

 

 

 

serrage pied 2

On est déjà nombreux à suivre la page Facebook de VisserMalin. Rejoignez-nous !

Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur "j'aime" juste en dessous 😉

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 commentaires sur “La colle à bois